En été, penser hiver

Conserver ses aliments c’est manger local plus longtemps !

Chaque été c’est la course pour cultiver, désherber, récolter, cueillir, transformer… pas évident de trouver le temps de tout bien faire mais selon moi, il y a quand même quelques indispensables ! Des méthodes de conservation sans qui l’été ne serait pas l’été…! Certaines prennent plus de temps que d’autres mais on en est toujours très satisfait lorsqu’il fait -20 dehors et que c’est le 3ème souper de salade betterave-carotte ! En fait je les vois un peu comme des cadeaux qu’on se fait à nous même et à nos amis dans le futur. 

Après avoir passé quelques mois confinée à illustrer le prochain livre de cuisine de Véronique Bouchard de la ferme aux petits oignons : Cuisiner sans recette (paru en octobre aux éditions Ecosociété), je me sentais bien inspirée à continuer de dessiner quelques fruits et légumes ! Cette page sera donc alimentée de mes idées et expérimentations.

Je me permets donc de vous présenter quelques uns de mes indispensables car s’il faut choisir, j’irais avec ceux là !

Fin juin-début juillet :

Illustration de trois types de recettes de conservation

Les verdures

En pestos : du traditionnel pesto de basilic aux pestos de moutarde, fleur d’ail, roquette ou mesclun en tout genre, c’est un excellent moyen de profiter de cette bonne verdure tout au long de l’année. Pour cela, à l’aide d’un mélangeur, on broie finement 1/3 de roquette, basilic ou autre verdure ttes, 1/3 de graines de tournesol grillées et 1/3 d’huile d’olive Afin de former une belle pâte lisse. Parfois je rajoute un peu de jus de citron pour équilibrer l’acidité. En plus de les conserver dans l’huile, moi j’en congèle une partie sous forme de cubes de glace. Cela permet de les décongeler progressivement. Si vous êtes de gros mangeurs de pesto, faites des cubes plus gros ! 😉

Les farçous végé : Frais, ceux là ne se conservent pas très longtemps mais ils permettent d’écouler de bonnes quantités de bettes à carde ( ou blettes). Il s’agit d’un genre de pancakes végé avec de la bette à carde dedans. Ça paraît curieux comme ça mais bien aromatisé c’est super bon ! Je coupe les bettes à carde en petit morceaux et je les incorpore à un mélange de farine et de levain jusqu’à avoir la bonne texture. Je laisse le tout ensemble une dizaine de minute et c’est parti! Si vous n’avez pas de levain vous pouvez aussi utiliser un œuf.

Juillet :

Illustration des légumes à conserver en juillet

L’arrivée des zuchinis (courgettes) !

Muffins : Un bon moment pour cuisiner des muffins (certains meme avec des pépites de chocolat) ou des gâteaux sucrés ou salés ! Pour cela, on les incorpore, râpées au mélange. C’est chouette ensuite à partager ou à congeler si vous avez de la place au congelo. Il paraît que c’est aussi une super technique pour faire manger des zuchinis aux enfants!
Congelées : Autrement, si on manque de temps mais qu’on a beaucoup trop de zuchinis, il suffit de les rapper pour ensuite les congeler. Elles sont faciles à intégrer ensuite à n’importe quelle recettes!

Les petits fruits...

Congelés, déshydratés : Tout au long de l’été, en suivant leur rythme je cueille ou j’achète fraises, framboises, camerises, cerises, bleuets, amélanchier… pour les faire congeler et parfois, déshydrater. C’est un vrai régal en smoothie ou crème glacée toute l’année ! Pour les congeler, cela aide de les étaler sur une plaque avant de les mettre au congelo. Ensuite, on retire la plaque et on place les fruit dans un sac bien fermé. On pourras aussi les cuisiner en hivers dans des croustades.

Le kale

En chips : Remplacer la patate par le kale et pouvoir ainsi se justifier de finir tous les bols de chips, pourquoi pas ?! Macérés sans le beurre de cajous ou pour être plus local, de graines de tournesol, salées puis déshydratées, ces chips se conservent super bien et permettent d’ecouler de grandes quantités de kale !

Congelé : comme avec la bête à carde, on peut facilement couper le kale en morceau, le blanchir, l’essorer, puis le congeler en portions afin de l’utiliser plus tard dans des plats de légumes. Certains retirent les tiges pour éviter d’être confrontés à l’aspect plus fibreux. Moi cela ne me dérange pas tellement.

Aout :

Illustration des légumes à conserver en aout


Les tomates

Conserves, coulis, purées, tomates entières.. vous les connaissez probablement déjà ! Pour moi ça me prends une bonne dose de motivation supplémentaire pour faire des conserves que n’importe quoi d’autre! Il faut se concentrer sur la gratification qui vient après !


Les poivrons

Congelés : coupés en lanière, blanchis puis congelés, d’abord étalés sur une plaque, les poivrons s’intègre ensuite dans toute sorte de plats de légumes.

Rôtis : coupés en lanière, assaisonnés de thym et d’ail et badigeonnés d’huile, les poivrons rôtis seront délicieux et pourront ensuite être conservés dans l’huile ou en conserves. Une vrai merveille au mois de janvier !

Septembre – octobre :

Dessins de Courges par melika illustration

Les courges

Conservées au frais : certaines courges, comme la butternut se conservent très longtemps, il n’est donc pas nécessaire de la transformer tout de suite si elle n’est pas abîmée. Si vous la gardez au frais, elle sera délicieuse en janvier. La délicata par contre, si délicieuse, se conserve moins longtemps, ne la laissez pas trop traîner ! Et rappelez vous que vous pouvez manger sa peau !

Congelées : Si vos courges ont passé un peu trop de temps dehors au froid en période d’halloween, il est toujours possible de les consommer! Si vous en avez de grande quantités, faites les pré-cuire puis congelées les sous forme de purées, séparée en portions ce sera super facile de les utiliser par la suite, intégrées dans des soupes ou dans des préparations de muffins !

Se laisser inspirer !

Les lactofermentations et les conserves dans le vinaigre offrent pleins de possibilités de conservations. Des classiques pickles et choucroutes au kimchi, choisissez vos légumes croquants préférés et laissez vous inspirer !

Conservation, réfrigération, déshydratation, fermentation sont des méthodes qui permettent une multitude d’options pour manger local plus longtemps. A chacun de trouver ses préférés et de les intégrer dans son rythme de saison!
Bonnes récoltes ! Et bonne cuisine !

Illustration d’un meuble remplis de conserves de légumes et d’herbes sechees